Quand la détresse psychologique mène à l'arrestation17 Novembre 2020  |  Source: Tribunaux judiciaires du Québec

Quand la détresse psychologique mène à l'arrestation

Une détresse psychologique peut envahir l’auteur d’un délit avant, pendant ou après l’infraction ayant menée à son arrestation. Dans les cas où un individu est aux prises avec un problème de santé mentale, et lorsque les circonstances le permettent, le programme PAJ peut être envisagé.

Le Programme d'Accompagnement Justice Santé Mentale (PAJ)

Le PAJ vise à accompagner à travers le processus judiciaire les personnes qui ont commis une infraction criminelle admissible et qui présentent une problématique de santé mentale. 

L’approche du PAJ-SM a comme objectif d’éviter ou de réduire la récidive tout en assurant la protection du public et ce, en favorisant un suivi adapté visant la réhabilitation de la personne. 

Le PAJ contribue à l’amélioration de la justice criminelle en favorisant un encadrement et un suivi continu dans la communauté afin de diminuer l’incarcération. Le projet vise également une collaboration à grande échelle entre les divers organismes travaillant déjà auprès d’une clientèle en santé mentale. Il permet d’instaurer un cadre soutenu par le professionnel santé mentale justice du PAJ-SM et une équipe multidisciplinaire afin d’assurer un suivi individualisé. 

Par ailleurs, à l’issue du programme d’une durée approximative de 6 à 18 mois, différentes avenues peuvent être envisagées allant de l’arrêt des procédures à l’imposition de peines non privatives de liberté, dans le cas où l’accusé complète le processus avec succès et que les circonstances le permettent. 

Pour obtenir plus d’informations sur le Programme d’aide juridique en santé mentale, communiquez avec les Avocats Pierre Gauthier et Méghan Tousignant spécialisés en droit criminel et pénal.

 

Source : Tribunaux judiciaires du Québec

 

Lire l'article complet de Tribunaux judiciaires du Québec

Retour

Recherche

Archives

Association
professionnelle
Barreau du Québec